Une date, ça y est!

Voilà, après de longues recherches pour trouver un chirurgien urologue qui traite les varicocèles dans le public, nous avions obtenu fin août un rendez-vous à Pompidou pour le 10 novembre.

Je ne comprends pas pourquoi ce geste qui semble courant n’est pratiqué quasiment nulle part et que la réponse est systématiquement Monceau. Comment kils font les gens qui sont au RSA quand on demande 1000 euros de dépassement? Je sens que quand je trouverai le courage, ça sera mon combat, une prise en charge de l’infertilité plus juste!

Mais revenons à nos moutons, ou plutôt nos testicules. Mon pauvre Marshall était seul puisque j’étais en route pour Clermont, et il a encore dû se faire malaxer les parties (mais pas de geste intrusif cette fois-ci).

Parce que le monsieur au début n’avait pas l’air de trouver la chirurgie indispensable (pour le coup c’est vrai que ça n’est pas douloureux pour Marshall qui vivait très bien avec, visiblement y en a qui morflent) et puis il a tâté et a finalement estimé que si si si. En tous cas Marshall l’a trouvé très gentil (et très en retard, c’est un médecin). Quand il a demandé « pourquoi pas Monceau? » et que mon petit mari lui a objecté les dépassements, il a prévenu qu’il était aussi très cher: il veut une photo du bébé!

Ce gentil monsieur a en effet expliqué que pour son service c’était très frustrant, car n’étant pas un service de PMA mais voyant quand même passer tous ceux qui refusent Monceau, ils n’ont jamais de retour sur l’efficacité et les potentielles merveilles qui en découlent.

Je prévois donc un gros budget faire-parts et agrandissements de toutes sortes spécial PMA parce qu’à force y en a un paquet qui participent! Et j’avoue avoir hâte d’être à cette partie-là!

Marshall a eu le choix entre l’embolisation simple ou la chirurgie sous anesthésie générale. Je pense que ma première ponction l’a convaincu, en grand courageux il a donc choisi la version AG.

J’espère pouvoir poser une récup d’heures pour ce jour-là (surtout que j’en ai et que je risque d’en perdre si pas récupérées avant le 1er janvier). Je culpabilise pas mal pour mes jeunes que j’ai la sensation d’abandonner souvent cette année, entre la PMA, ma formation, le colloque…

On ne voit pas le temps passer. Mais des fois ça vaut mieux. Quand je commence à me morfondre (genre à chaque fois que j’échange avec ma collègue enceinte de 5 mois…) de toute façon y a un truc à gérer et hop, j’arrête de focaliser. Me fais des mini crises de larmes comme ça.

Je descends, je prends l’air, je fume une clope et c’est reparti. Ah oui, j’ai recommencé à fumer depuis 3 semaines. Pas beaucoup, une ou deux par jour, mais c’est déjà trop. Mais merde, on passe notre temps à subir des frustrations en PMA… je sais que je peux diminuer facilement, je vais juste laisser passer la crise…

2 réponses sur “Une date, ça y est!”

  1. Les mini-crises ça me parle ! Vous voilà avec un bon programme en tout cas. J’ai lu ton article sur la biopsie et j’ai un peu halluciné sur la formidable organisation dont ils ont su faire preuve^^ !

  2. Ah ben les petits internes tous frais qui doivent sortir de leurs certitudes obstétricales pour aller du côté obscur de la PMA… Y en a une qui risque bien d’en baver car elle n’a pas l’air d’avoir les épaules pour accueillir les besoins de réponse et les angoisses des couples. Elle a l’air du genre à sortir des phrases toutes faites à la « arrête d’y penser ça viendra tout seule ». Je pense que c’est pour ça que la doc a l’air excédée. Ma foi, sait-on jamais, elle aura ptet un déclic… ou pas.
    Et toi alors, c’est signé la maison ? Congrats !
    Nous on a vu un courtier récemment pour s’autoriser à rêver d’un bout de jardin dans notre coin. Enfin un peu plus loin vu qu’on n’a pas d’apport.

Laisser un commentaire