Tripotage intempestif

Voilà donc mon Marshall qui va à son rendez-vous chez l’urologue pour aller se faire programmer son échographie testiculaire. Déjà sans trop de doutes, parce ce que, forcément, en attendant, on a fait les curieux et en regardant sur Google est ton ami, on a vu comment regarder, et on l’a vue cette grosse varice coupable (we hope so).

Et qui dit hôpital universitaire dit… internes! Du coup après un rapide coup d’œil au paquet, l’urologue el profesor s’est dit qu’il allait vérifier aussi la prostate.

 

CrimeDoctor

 

Et ça, j’ai beau avoir un amour de mari qui ne chipote pas pour les examens, qui fait preuve de beaucoup d’autodérision (je suis morte de rire à chaque fois qu’il évoque la « marche de la honte » et les mecs qui tentent d’esquiver le regard du voisin quand tout le monde sait très bien que ces salles-là du labo sont pour les dépots de sperme), il n’avait pas prévu cette partie-là de l’examen.

Mon pauvre amour, que je n’avais pu accompagner, se retrouve donc, devant témoins, avec un doigt ganté inconnu dans son fondement…

Bon, comme il n’a aucun amour-propre de ce côté-là, ses collègues l’ont su (c’est une toute petite équipe qui suit toutes nos aventures (et nous les leurs) direct vu qu’il enchaînait.

L’avantage c’est au moins qu’on sait qu’il a une superbe prostate!

Le diagnostic de varicocèle étant confirmé, el profesor l’a envoyé dans une clinique spécialisée pour faire son échographie. Vive le privé, c’était rapide!

Là aussi, il ne s’attendait pas à l’échographie par voie interne. C’est-à-dire que c’est le même engin auquel nous avons droit, nous les femmes lors de nos écho endovaginales.

De retour à l’hôpital, il lui est confirmé qu’une embolisation est nécessaire, mais ils ne la font pas à l’hôpital (sérieux?!!).

On lui dit donc de retourner dans la clinique spécialisée pour pratiquer ce geste apparemment simple et peu invasif.

Sauf que… la dite clinique, de ce que j’ai constaté, est bien connue des blogueurs PMA parisiens. Comme nous étions au mois d’août, la secrétaire étant en vacances, impossible de connaître le montant du dépassement.

Par chance, Supersouris a pu me renseigner… et nous a permis de chercher dans le public sans perdre plus de temps. 1000€ de dépassements d’honoraires, c’est fou!

Encore une fois, je me dis que ça doit être vraiment difficile pour les couples au SMIC, qui n’ont ni la CMU-C, ni des moyens pour tous  les examens non remboursés mais nécessaires!

La quête de l’embolisation sans dépassements a été acharnée, et après un rendez-vous dans un petit hôpital qui finalement ne la pratique pas, nous avons trouvé dans le gros, l’énorme hosto du sud-ouest parisien.

Rendez-vous est pris pour le 10 Novembre (et oui, si loin!) et on peut espérer, d’après le secrétariat, l’opération pour 15 jours/3 semaines après!

Donc si on compte pas trop mal, le prochain spermogramme sera au plus tôt fin février.

Frustration quand tu nous tiens!!! En attendant on va avoir le temps d’explorer mes soucis d’endomètre!

 

 

 

2 réponses sur “Tripotage intempestif”

  1. Il aura eu la totale ton homme ! Le mien a eu droit au toucher et à l’écho endo-rectale aussi… et lui aussi partage après avec ses collègues !
    1000€ de dépassement d’honoraires, c’est de la folie !

    1. On est d’accord et ils ont limite le monopole en région parisienne. Effectivement la différence c’est que l’embolisation aurait pu se faire début septembre. Et c’est le type qui a fait l’écho qui fait aussi l’intervention, il en fait jusqu’à 8 par jour. Yacht ? Piscine ?

Laisser un commentaire