Comme un ras de marée…

Je m’excuse d’avance auprès des quelques amies très proches qui lisent mon blog. Je n’ai pas le courage de les appeler. Mais j’avais besoin de déballer.

Déjà que Noël c’était pas la joie vu les souvenirs de famille que j’en ai (des cris, des cris… et encore des cris). Celui-ci restera dans les annales.

Je suis à nouveau enceinte.

Mon cycle précédent a été un peu perturbé par la biopsie utérine (qui fait effet scratching par la même occasion pour celle qui connaissent). Il a duré seulement 22 jours vu que j’ai arrêté le provamès après. Donc règles le 16 novembre.

J’aurais dû ovuler entre le 27 et le 29 novembre. Marshall s’est fait opéré le 27. Notre dernier rapport datait du 25 nous semble-t-il.

Et bim. Un truc a encore pointé son nez. Sauf que là, je l’ai su toute suite. Je me suis sentie enceinte tout de suite. J’ai sauté sur le dernier pipi test traînant à la maison et la barre s’est affichée, bien foncée!

Le midi j’ai foncé au labo. 897 Ui/ml. J’ai du résister, résister à la tentation de le partager avec mon cher et tendre. Mais j’ai tenu.

Mon psy m’avait demandé de me dessiner enceinte, 10 jours plus tôt, voir si j’arrivais à mentaliser le truc. Du coup plutôt que de me dessiner seule, j’ai repris une photo de mariage et je nous ai dessinés ensemble, les bras de Marshall autour de mon ventrou. Je ne suis pas une artiste, mais je m’en sors suffisamment pour qu’on nous reconnaisse.

Et ce fameux dessin m’a donné une idée. Nous sommes trois de fin décembre dans ma belle-famille. Cette année le samedi (où c’est plus pratique pour tout le monde) où on s’est réuni pour « fêter » ça, tombait pile sur l’anniversaire de Marshall. Je lui ai donc offert le dessin accompagné des résultats du labo.

Je l’ai fait en famille parce que de toute façon je suis grillée chez eux dès que je ne picole pas un peu ou que j’évite le saucisson… et avec Noël qui arrive, avec les périgourdins qui amènent le foie gras maison dont ils me savent friande… bref, j’ai assumé. Et puis j’y croyais dur comme fer ce coup-ci. Et mon psy en était ravi.

Sauf que mercredi (mon anniversaire) grosse boule au ventre. Tant pis, c’est irrationnel, mais je retourne au labo et je « m’offre » une prise de sang.

Le taux tombe 3h plus tard, pas terrible.

Quand j’arrive à joindre la sage-femme de  la PMA qui suit depuis le début, elle est mitigée et me renvoie refaire un test vendredi (donc hier). Encore moins terrible.

En faisant la prise de sang j’avais demandé à avoir un compte-rendu vu que je sais que les biologistes PMA sont dans les lieux. On m’a dit que ce n’était pas possible, mais qu’on m’en envoyait une là tout de suite pour interpréter les précédents résultats.

Elle vient donc, est mitigée aussi. Me dit que si la prochaine est entre 10000 et 12000 on est sauvé, si c’est à 8000 ça craint.

Le verdict est tombé à 17h30: 9365.

Capture

Donc vraisemblablement je suis à nouveau en train d’aller vers une fausse couche.

Une seconde. Et la PMA est fermée toute la semaine. Et tous les gynécos que je connais sont en vacances. Et à ce jour, une écho ne montrerait pas grand chose puisque d’après mes calculs j’en suis à 3 semaines de gestation et 5 jours (soit 5 SA et 5 jours) car je me fie plus à notre dernier rapport qu’à mes règles. Et demain c’est le réveillon. Avec la famille de Marshall, les deux loulous de 11 ans (mon neveu et ma nièce ont 6 mois d’écart… et l’âge de notre chienne… funeste présage… comme si les seuls « bébés » qu’on est supposés chouchouter sont nos animaux).

Et ma filleule de 3 ans et demi est arrivée hier avec sa mère et ne doit pas comprendre pourquoi je suis distante. Mais c’est plus fort que moi. Je ne me sens pas légitime.

C’est insupportable cet entre-deux. Je ne peux qu’agir comme si j’étais enceinte, puisque le taux continue à monter, même si c’est trop doucement, et de l’autre, je ne peux pas m’empêcher de songer à ce qui m’attend, le moment où le taux chutera, où les saignements et les contractions commenceront. Quand? Pas à Noël c’est trop court. Pendant nos quelques jours de vacances? Nous n’annulons pas. Il y a 3h de route, mais mieux vaut souffrir au coin d’une cheminée  qu’en rongeant mon frein à la maison en regardant mon sapin se déplumer (les chats et la chienne l’ont aidé faut dire). Sapin que Marshall voulait à tout prix. Un épicéa parce que ça sent bon.

Vu la tête du truc deux semaines plus tard je pense qu’il a compris que le Nordmann s’impose quand on chauffe un minimum chez soi. J’ai l’impression d’être en phase avec ce sapin. Mon corps est une ruine comme lui.

20171223_084353.jpg

Ce que je ne comprends pas, c’est ce que j’ai trouvé sur fiv.fr:

taux

J’ai essayé trois fois de demander à la biologiste pourquoi j’avais trouvé ces infos là si tout le monde me dit que le taux doit doubler, mais elle ne m’a pas laissé en placer une.

J’ai envie de me raccrocher à cette lueur d’espoir. Mais malgré tout, ça nous rappelle à quel point mes ovocytes sont pourris. Le sperme de Marshall doit s’améliorer, mais cela compensera-t-il mon endomètre et mes ovocytes?

Comment envisager de retomber à nouveau enceinte? Je me sens de plus en plus étrangère à mon corps. J’accumule les kilos d’hormones, plus une fringue ne me va, et pas de bébé en bonne santé à l’horizon.

Aujourd’hui j’ai juste envie de me mettre en boule dans mon lit et de pleurer en reniflant dans le ventre doux de mes chats. Mais les larmes ne viennent même pas tellement je suis au-delà.

Je vais donc ranger l’ordi et aller mater des dessins animés flippant avec ma filleule…

Joyeux Noël…

Laisser un commentaire