Parlons-en, tiens, de la rentrée!

Ben oui, parlons-en!

Déjà, moi, ma rentrée c’était le 25 juillet, donc j’suis déjà plus très fraîche!

Et puis aujourd’hui, j’ai droit, sur facebook, à toutes mes potes de province qui ont déjà 2 ou 3 mioches (les apparts il paraît que ça s’appelle des maisons là-bas) qui postent des photos d’eux en vêtements flambants neufs (des vêtements de rentrée quoi), tout sourire, ravis (héhé, profitez-en, on en reparle à 15 ans!) de retrouver leurs copains et copines, fiers pour certains de rentrer au collège…

C’est là que j’aime mes potes de Paris, qui, sans problèmes d’infertilité, n’ont pas encore cette chance de faire la rentrée de leur gosse. Enfin je ne les aime pas que pour ça hein…

Même mes quelques collègues mamans sont plutôt rassurantes finalement, s’étant arrêtées au stade primipare, et ne l’ayant connu qu’à 35/36 ans. Bon, elles ont quand même pris leur matinée pour la rentrée de leur tête blonde.

Le 4 septembre, c’est quand même le jour où ce n’est pas possible de les esquiver, ces parents fiers, et leur progéniture galopante et bruyante.

Oui,  je suis aigrie. Parce que là où je les ai tous vus, qui pour un certificat pour la piscine, qui pour le carnet de vaccination, c’est dans la salle d’attente de mon médecin. Qui reçoit sans rendez-vous, forcément, sinon c’est pas drôle, donc on y passe 2h dans sa salle d’attente, à admirer la marmaille des autres qui raconte son fameux jour de rentrée.

Sauf que moi j’y étais pour une migraine. Pas n’importe quelle migraine. Une migraine cataméniale. Enfin moi je retiens surtout « cata ».

 

wp-image--50837215

 

Les facteurs déclenchants les plus fréquemment décrits sont :

De manière très fréquente, des facteurs endocriniens chez la femme. En effet, il existe toute une série de liens entre migraines cataméniales et vie hormonale de la femme. Lors du cycle menstruel, il y a une fluctuation des hormones hypophysaires FSH-LH qui induit une fluctuation des taux d’œstrogènes et de progestérone, et c’est essentiellement la chute brutale du taux d’œstrogènes pendant les règles, après plusieurs jours d’exposition à des taux élevés, qui intervient dans le processus de la migraine cataméniale selon Somerville. Cela expliquerait donc l’accentuation des migraines pendant les règles.

 

Je n’y coupe pas. chaque mois c’est la même, au point parfois que je rêve de reprendre la pilule… Je me la fais chaque mois, parce que je ne prends plus de contraceptifs hormonaux, parce que je ne suis toujours pas enceinte. Et qu’invariablement arrive cette chute du taux d’œstrogènes qui fout ma tête et mon bide en vrac…

Donc voilà, ma rentrée à moi, c’était le marteau-piqueur dans la tête, les nausées et les vertiges, tout ça parce que j’essaye d’avoir mon mouflet à moi. Et un peu à Marshall aussi. Vu comme il morfle je lui prêterai un peu… je le laisserai l’emmener chez le médecin. Hihi!

 

caliméro

3 réponses sur “Parlons-en, tiens, de la rentrée!”

  1. Tu écris vraiment trop bien ma chérie ! Bientôt nous aussi on agacera le monde entier avec nos marmots hurleurs . j’en suis sûre. Pour te rassurer hier aussi j’étais en mode grosse tête…

Laisser un commentaire