La vie

Je ne sais absolument pas comment intituler cet article. Parce qu’entre deux rendez-vous, deux stims, les émotions peuvent aussi être mises dans dessus-dessous. Et je m’excuse d’avance de la longueur de cet article qui pour le coup n’a rien à voir avec la PMA.

Je n’ai pas écrit ces dernières semaines, il s’est passé beaucoup de choses, qui pourtant ne me touchent pas forcément personnellement mais m’ont remuée. Du trash et du lumineux. Parce que la vie est juste comme ça, elle prend, elle donne.

Bon, comme les vacances à la campagne étaient annulées, j’avais proposé à ma nièce de 14 ans (c’est celle de mon mari mais comme je suis fille unique, les 2 morpions de mes beaux-frères sont vraiment mon neveu et ma nièce d’amour) qui vit dans le 94 de venir passer quelques jours chez nous « profiter » de Paris, même si tout est fermé. C’était top, nous avons tout fait à pieds, de l’expo du Chat de Geluck sur les Champs à la butte Montmartre. L’avantage c’est que plein de gens ayant envoyé les gosses à la campagne et les touristes étant absents, nous avons pu profiter d’un petit concert pop place des Abbesses sans se marcher dessus, et le manège en bas du Sacré Coeur était carrément privatisé pour les 2 demoiselles (en même temps, vu le prix 😆😆).

Bref, quatre jours plutôt sympa. Mais lorsque son père est venu la chercher, là, dans mon salon, un coup de fil est venu mettre un terme à la liesse des vacances. Son cousin de 15 ans du côté de sa mère s’est tué en mobilette. Par excès de prudence en plus. Je ne le connaissais pas, mais c’est venu faire écho à mon petit cousin de 20 ans qui s’est tué en scooter il y a quelques années, et de voir ma nièce effondrée, d’imaginer la douleur de ses parents, c’était un ras-de-marée. Et cette pensée terrible et culpabilisante de me dire « Heureusement que ce n’est pas son autre cousin, mon neveu, 15 ans aussi ».

J’étais contente de pouvoir lui prêter mes bras pour pleurer avant qu’elle ne rentre vivre ce deuil avec sa mère. J’ai passé la soirée malheureuse mais sans me sentir légitime de l’être. Je n’ai concrètement perdu personne. Mais c’est tellement terrible, un enfant qui part comme ça !

Le lendemain nous devions fêter à quatre les 3 ans de la meilleure amie de ma puce (tous les autres gosses de la crèche étant, eux, à la campagne), même si je n’y croyais pas trop, sa maman arrivant au terme de sa deuxième grossesse. Bingo, le soir du départ de ma nièce, je reçois un SMS à 22h30 me disant qu’elle est en salle d’accouchement. Nous concluons donc que je récupère la demoiselle en début d’après-midi, pour que son père ait le temps de rentrer (une amie à elle dormait chez eux) passer le midi avec elle et lui offrir son vélo pour son anniversaire et de retourner ensuite auprès du nouveau petit frère.

Nous avons eu une après-midi pleine de joie et de rires, et même si parfois ça sera peut-être un peu dur, je trouve ça chouette que le frère et la sœur partagent leur anniversaire. Même si la maman était très déçue de ne pouvoir voir sa fille le jour de ses 3 ans (foutu COVID qui interdit aux fratries de se rencontrer).

Un décès, une naissance… Et sûrement bientôt un autre décès. Voire deux. Mes grands-parents vivent en banlieue parisienne, assez près pour que j’aille les voir régulièrement, et trop loin pour que ça soit quotidien. Mon grand-père qui a déjà survécu à un cancer du sein il y a quelques années (si si) a un cancer du rectum pris en charge depuis l’été, et nous nous alternions avec mon oncle pour l’accompagner à sa chimio et ses rdv. Je m’étais débrouillée pour que ça tombe sur mon après-midi de RTT et jour où mon oncle ne travaille pas.

Il y a deux semaines, je me pointe pour mon tour de chimio, et quelle n’est pas ma surprise quand mon grand-père me lance que ben non, il n’y a plus de chimio, ça ne sert plus à rien, les métastases dans les poumons sont toujours là et ça gagne aussi le foie. Personne ne s’est dit que ça pourrait m’intéresser de le savoir, ni mon père, ni mon oncle ! Oui j’appelle peu, mes journées sont en continu (ne me parlez pas des 20 min de pause, c’est ingérable !) et j’enchaîne avec la crèche. En plus l’heure à laquelle j’essayais d’appeler avant était la même que ses fils et sa sœur, donc toujours occupé. Et en plus il est sourd et j’ai une hauteur de voix qu’il comprend mal. Bref…

Il a 91 ans, ma grand-mère en a 95 et n’est plus vraiment là psychiquement, je me fais une raison, mais j’espère qu’il ne souffrira pas. Et je flippe de mon père, qui est dépendant financièrement de mes grands-parents, ne saura pas gérer le patrimoine qu’ils laissent (pas énorme mais pas rien non plus). Et égoïstement, je sais très bien que je n’aurai rien du tout puisqu’il n’y a pas de testament et que mon père dépensera tout. L’annonce aura eu le mérite de lancer quelques discussions difficiles mais nécessaires.

À défaut de récupérer quoi que ce soit, mon oncle (marié sans enfants) prévoyant de garder la maison de vacances dans le Lubéron, qui est estimée à 40 000€, mais concrètement, adossée à une ruine et avec un voisin taré est invendable, nous nous sommes arrangés pour payer la moitié des charges et pouvoir continuer d’en profiter.

En parallèle j’avais eu ma banquière pour l’achat d’un tricycle électrique (j’en pète trop sur les longues montées dans Paris avec mes roues de 20 pouces et mon cul lourd!). Elle proposait de racheter la LOA de notre Sandero qui ira dormir chez mes beaux-parents en banlieue quand je serai équipée électrique, en attendant les vacances (dans le Lubéron 😉), et nous avons évoqué un crédit immobilier pour une résidence secondaire à moins de 50 000€ sans travaux hors rafraîchissement… Même ça nous ne pouvons y prétendre…et je ne lui ai même pas dit qu’on espérait un petit 2e… Pourquoi se mettre des bâtons dans les roues alors que j’ai la sensation que ça reste de l’ordre du fantasme…

Donc finalement l’arrangement avec mon oncle me rassure un peu. Juste j’aimerais prévoir un peu nos vieux jours…

Encore désolée de m’être épanchée ainsi, mais c’est une réalité que la PMA remplit une partie de nos vies, mais pas que. Il reste le reste à gérer, à vivre, à anticiper…

Une réponse sur “La vie”

  1. Ha ça oui… la vie n’est pas toute drôle… et parfois pleine de surprise … bonne chance pour tes projets immobiliers et le reste reste à suivre !

Laisser un commentaire