Pourquoi la PMA ?

Avant Marshall, j’ai vécu 5 ans avec Mr Cassoulet. On s’est aimé, beaucoup, et on s’est fâché, souvent. On s’était rencontré dans l’animation, on vivotait avec nos petits salaires, mais on voulait des enfants. On a essayé 2 ans.

Au bout d’un an et demi, ma doc me dit que ça serait bien d’aller faire des analyses, juste au cas où. Et là, j’ai eu droit à la batterie de tests, à Purpan à Toulouse. Mr Cassoulet, lui, avait juste un spermogramme à faire. Il a mis 6 mois à se décider. Et moi j’ai mis 6 mois à réaliser qu’on était devenu des amis, seulement.

Donc on s’est séparé. Les analyses faites jusque là étaient dans la norme, mais pas super poussées non plus.

Je me suis dit (et je lui ai dit) : « Des fois, si les choses n’arrivent pas, c’est qu’elles ne doivent pas arriver.« 

C’est tout.

Je suis revenue à Paris, où j’ai retrouvé mon métier d’éduc, et 1 mois et demi après ma séparation, j’ai rencontré Marshall… A l’époque j’avais surtout envie de m’amuser, de profiter de ma liberté retrouvée (« libérée, délivrée » si si elle ose ! ) mais des fois y a des évidences ! J’ai donc ferré mon poisson vécu notre romance comme elle se devait de l’être.

Et puis, il y a eu ce jour avec Marshall. Il était parti 5 jours pour le boulot et moi, gros (comme une maison) acte manqué, j’ai oublié plusieurs jours ma pilule. Quand il est revenu, je lui ai dit que j’avais acheté des capotes. Deux heures après on se disait qu’après tout, c’était le moment de se lancer ! Peur de rien au bout d’un an, et après tout on avait emménagé ensemble au bout de 6 mois !

Mais voilà, un peu plus d’un an après, notre mariage est passé (ça aussi on a fait les barbares… décidé en octobre et passés devant le maire en mai), et toujours rien. Et pourtant j’avais cousu ma robe de mariée en taille empire pour que le locataire se sente libre de s’installer quand il voulait !

Donc, connaissant la chanson, et ma doc de l’époque m’ayant un peu fait flipper en me causant d’endométriose… Bon ben on a choisi une maternité/PMA connue d’une amie qui y a mis au monde ses deux loupiottes, et surtout à 15 min en bus de mon boulot. Y avait encore plus près (5 min à pieds) mais  y a un truc rassurant dans le fait qu’on connaisse les lieux.

Donc rdv était pris pour le 1er juin (ok, j’avais anticipé avant le mariage, je connaissais les délais).

On y était.

Laisser un commentaire