Le second rendez-vous… comme le season final de Game of throne!

Oui, comme un season final de GoT, parce que nous on pensait (bêtement) avoir des révélations, alors qu’en fait… suspens, tu comprendras (peut-être) à la prochaine saison.

Bref, nous rencontrions enfin Dr Kids (vu que la dernière fois c’était une interne), et nous étions suspendus à ses lèvres, prêts à boire la moindre de ses paroles…

Sauf qu’en fait, il a fait plein de sourires, a été gentil… mais nous a laissé avec plein d’interrogations. Il nous a expliqué que les spermatozoïdes de Marshall avaient bien compris qu’il fumait, et qu’il aimait les bains chaud.

Ah oui, ça c’est le truc qu’on n’attendait mais pas du tout. Bains chauds+reproduction=pas bon. C’est-à-dire dans ma représentation à moi, les coucougnettes qui ont trop chaud donnent des spermatozoïdes bouillis. Et comme le café, quand c’est bouillu, c’est foutu!!

Et moi, AMH un peu basse (1,73). Et pas une grosse production de follicules. C’était déjà le cas 3 ans plus tôt; mais forcément, ça a encore diminué entre temps.

Enfin bref, comme le monsieur aime bien sourire et être gentil, il nous dit que tout va bien se passer, qu’on va faire de beaux bébés, mais que bon, quand même, vu nos résultats, on va pas perdre de temps et passer direct en FIV ICSI, genre meuble ikea, on monte tout en dehors des entrepôts, en mettant direct les vis au bon endroit.

« Et je vous prends un rendez-vous avec la biologiste qui va mieux vous expliquer tout ça« .

Nous ressortons de là avec une foultitude de questions se bousculant dans nos boîtes crâniennes, sauf que sidération oblige, nous n’en avons posé que quelques unes. Et je suis incapable de me souvenir lesquelles.

Tout ce qu’on a retenu à ce moment-là, c’est : « C’est possible d’avoir un bébé de nous deux« .

Forcément, Marshall a eu droit à une ordonnance bourrée de vitamines (Proxeed, vitamines C, Toco 500) et l’injonction d’arrêter de fumer.

Et curieusement, malgré tout ça, rendez-vous était pris pour faire une tentative au prochain cycle.

Donc nous sommes allés, le 1er novembre 2016, acheter des vapoteuses, lui de luxe parce que gros fumeur, moi de pétasse rose fushia par solidarité.

Tout ça n’est pas facile pour Marshall, qui, chaque fois qu’il essaie d’arrêter de fumer, devient dépressif. Et en plus on lui interdit les bains chauds! J’aurais préféré qu’on me les interdise à moi, qui en prend un tous les 3 mois. J’ai toujours un peu de mal à rester là à flotter sans rien faire. Même l’ordi avec une série, j’ai l’impression de perdre du temps…

Bref, Marshall avait ses vitamines, et moi mon ordonnance de piqouses, sans aucune idée de ce que ça représenterait.

Et comme Marshall était en séjour avec ses jeunes au moment du rendez-vous avec la biologiste, j’y suis allée toute seule comme une grande (la prochaine fois j’emmènerai belle-maman), et j’ai eu droit à tous les shémas expliquant les différentes FIV. Et là, je me suis dit « Wouah, on commence fort dis donc! » (je sais, j’ai des réflexions très profondes).

(L’IMSI étant une ICSI avec un grossissement x 6600 au lieu de 400 pour l’ICSI).

Puis elle m’explique la procédure, en me disant que, compte-tenu des résultats de nos analyses, elle attendrait le stade du blastocyste à J5 pour l’implantation:

Mais en fait, même si j’avais déjà une idée de comment tout ça marchait (sauf l’IMSI, j’avais jamais entendu parler de c’te bête-là), c’est vraiment pas pareil de savoir que tout ça, c’est toi et ton chéri qui allez le vivre!

Mais encore une fois, avant de le vivre, tout ça est tellement abstrait!

En plus, comme Marshall éjacule peu (hypospermie), la biologiste me dit qu’il faudra en congeler avant (aller, encore un truc pas pris en charge… oui, le 100% couvre beaucoup de dépenses, une FIV c’est très cher, aux alentours de 4000€, mais y a qd même quelques centaines d’euros à débourser régulièrement, et ça, faut vraiment l’avoir en tête, parce que du coup, c’est juste déjà galère pour nous, mais quand on est au SMIC et qu’on vit en région parisienne… j’ose même pas y penser!) au cas où y en ait pas assez le jour J.

Après ça, j’ai vu l’anesthésiste qui m’a dit sans hésiter « anesthésie générale pour votre ponction ».

Enfin, tout se mettait en place petit à petit…

Et comme la nièce de Marshall qui a 10 ans entendait souvent parler de tout ça aux réunions de famille, j’ai vu que Fred et Jamie avaient pensé à tout!! Petite vidéo très amusante et pratique pour expliquer aux enfants, aux grands-parents (enfin les miens ont toujours pas bien compris vu qu’ils sont capables de s’endormir devant…).

Le premier RDV… Soit le moment où tu réalises que tu vas passer du temps avec ton gynéco !

Le premier rendez-vous commence mal. Le gynécologue est absent et la secrétaire a oublié de nous prévenir. Sauf que nous, on a pris des heures (et en plus ça fait 1 heure qu’on attend au milieu des femmes qui couvent). Donc je ne me démonte pas (Marshall est plutôt du style discret, « c’est pas grave », jusqu’au moment il est très en colère, mais ça c’est rare, donc quand il y a un truc à négocier c’est moi qui gère. Plus ou moins bruyamment…).

Je disais donc, j’me démonte pas, madame oui j’ai bien compris que le monsieur il est pas là mais en fait juste pour prescrire des examens ça doit pas être bien compliqué non ?

Donc la secrétaire nous refile à une interne (ou nous refile l’interne, ça marche aussi dans ce sens), et nous voilà sur les questions, dont on savait que certaines nous fâcheraient. Mais il y en eu d’autres… qu’on n’attendait pas.

C’est-à-dire qu’ on se doutait que le fait que Marshall fume 1 paquet de roulées en 3 jours, c’était pas terrible, ni le fait qu’il ait bien profité de son adulescence (oui oui, je dis bien adulescence, cet entre-deux qui va potentiellement de 18 à 25 ans…) en fumant autre chose.

Et finalement mes 2/3 clopes de pétasse pouf bref mes 2/3 vogues menthol par jour, et encore pas tous les jours, sont passées inaperçues quand elle a… justement aperçu les doigts de mon homme. Car il faut savoir que Marshall est atteint d’hypocratisme digital. C’est pas super sexy à voir, mais la plupart de mes copines ont vite saisi les avantages que ça pouvait avoir… (c’est pas sa main, mais ça rend bien l’idée)

Bref, forcément comme les causes peuvent être diverses et variées et que dans son cas, ben on sait pas, et qu’en plus de ça ben il est porteur sain du gène de son papa qui a une hémocromatose. Là on a vu la tête de l’interne : « Bon ben on va quand même tout de suite faire un test de fragmentation en plus du reste hein ! « 

Euh…ok.

C’est quoi ce truc ?  On a pas tout capté, mais bon, on se disait encore que les tests c’était pour nous rassurer, qu’en fait je faisais un blocage psychologique parce qu’avec Mr Cassoulet ça n’avait pas marché.

Donc nous voilà partis avec des prises de sang à faire pour tous les deux, un spermogramme et mise en culture plus test de fragmentation, d’un côté, et échographie endovaginale plus hystérographie de l’autre. Je trouve d’ailleurs ce mot affreux. On dirait qu’on fait un test pour savoir à quel point on est barj !

On arrive à ce moment-là à prendre tout ça en mode zen, on laisse passer l’été, on part en voyage de noces à Naples et Salerne… (je raconterai dans un autre post).

Je m’y colle en premier fin août, prends rendez-vous dans le cabinet d’échographie recommandé par l’interne, et l’hystéro m’arrache une bonne larme de douleur. Le monsieur me dit que c’est normal, que j’ai une trompe « spasmée », c’est à dire en langage courant que ma trompe est contractée (faut dire que j’ai une personnalité tellement détendue aussi…) et qu’il a dû forcer comme un bourrin un peu le passage de la sonde.

A la fin, j’ai droit au « Vous verrez, la plupart de nos patientes tombent enceintes dans les six mois, vu qu’on dégage le passage… » Le sourire me revient, jusqu’au moment où on m’annonce le dépassement d’honoraires, forcément pas pris en charge par le 100 %. Avec ma délicatesse habituelle (je me mets à suer très fort et mes yeux se transforment en chat potté), le médecin m’accorde avec largesse de ne pas financer sa piscine à St Trop (nan mais tu sais ce que ça gagne un éduc ? ).

Au final, de ce côté-là, tout semble normal.

Puis vient le tour de Marshall, qui va faire un premier « dépôt »…et qu’on rappelle pour lui dire qu’il faut refaire, y en a pas assez pour tous les examens.

Vu qu’il faut à nouveau une légère abstinence, on reçoit les résultats une semaine avant le deuxième rendez-vous.

Et là, c’est l’angoisse. Parce que franchement, quand on lit des résultats où y a marqué que 43 %  de fragmentation c’est un « pronostic défavorable »… sans compter les mots asthénospermie, hypospermie etc… ben on se dit que c’est mort, on se voit déjà en train d’envisager le don de sperme et compagnie, et on va sur les forums lire tout et n’importe quoi!

Et là, la semaine d’attente avant de voir le gars qui peut expliquer tout ça, elle est super longue…

Et c’est là qu’on comprend que ce n’est que le début.
Bienvenue en PMA !